Bienvenue sur : www.maraispoitevininfo.com 

Accueil Remonter Sommaire

Historique

Un territoire d'exception à découvrir et à préserver.

Pays vert et chemin d'eau, le Marais Poitevin est riche en découvertes. Il se dévoile à celui qui sait le pénétrer avec douceur, passion et respect...

Grace à mon site internet, un outils de communication respectueux de l'environnement, je vous invite à découvrir ce vaste territoire aux paysages divers et enchanteurs. Que l'on soit d'ici ou d'ailleurs, la magie opère. Je souhaite vous faire entrer dans l'intimité du Marais Poitevin, deuxième zone humide de France, remarquable et particulièrement fragile, que l'homme a de longue date cherché à domestiquer.

Alors que les préoccupations environnementales tiennent le devant de la scène, il m' appartient plus que jamais de faire connaître cet espace singulier et divers, détenteur d'une exceptionnelle richesse biologique et écologique.  Plus largement, la valorisation et la sauvegarde de notre environnement est pour moi un travail de chaque instants.

    Militant écologiste, j'ai créé ce site internet, pour dire la vérité sur le Marais Poitevin.

Histoire, biodiversité et environnement, patrimoine, culture, tourisme et découverte... Bienvenue sur mon site internet.

Site internet en construction

Historique Sèvre Niortaise Marais Mouillés Marais Desséchés La mogette

Accueil
Remonter

 

 

La formation du Marais Poitevin


Autrefois, l'Océan...

Le Marais Poitevin, est un ancien golfe marin aménagé par l'homme au cours es derniers siècles. Une longue histoire...

Le comblement du golfe :

Il y a 8000 ans, un golfe marin occupait l'actuel Marais Poitevin. Parsemé d'îles calcaires émergentes. il s'étendait jusqu'aux portes de Niort. Avec l'aide des fleuves et rivières, l'océan commença à combler cet espace qu'il avait tant d'ardeur à créer, le transformant en une immense vasière. Loin d'être achevé, le phénomène se poursuit inexorablement, encore aujourd'hui dans la Baie de l'Aiguillon.

A la conquête de l'espace :

Dès le néolithique, l'homme s'installe sur les côtes qui bordent le golfe. L'Océan apporte une nourriture abondante et variée. Les Gallo-Romains le baptisent le Golfe des Pictons.

Il faut attendre le Xe siècle avant les premières ébauches d'aménagements. Au XIIe siècle, les moines commencent à édifier de puissantes abbayes, disposants des ressources financières pour entreprendre de grands travaux. De vastes espaces sont entourés de digues, des canaux évacuateurs sont tracés.

L'histoire retient surtout le fameux canal des Cinq Abbés (1217). Ce canal ouvre la voie à l'assèchement du Marais dans la partie la plus proche de l'Océan, le plus facile à conquérir. Les digues protègent les terres des intrusions marines autant que des eaux douces des fleuves en crues.

Deux zones peuvent alors être distinguées :

     Les "marais desséchés", endigués et protégés, et les "marais mouillés", à l'extérieur des digues, inondables et réceptacles des crues. Ces premiers travaux sont malheureusement anéantis par la guerre de Cent Ans (1346-1453) puis par la période trouble des guerres de Religion (1572-1598).

L'émergence du "marais desséché :

Henri IV fait appel au savoir-faire et aux capitaux hollandais. L'ingénieur Humphrey Bradley est nommé maître des Digues et des Canaux du royaume. Il reprend les ouvrages existants, crée la Ceinture des Hollandais. Il introduit en fin les portes flots à l'anse du Brault : elles bloquent la pénétration de l'océan dans le Marais Poitevin à marée haute, mais laissent s'écouler les eaux douces à marée basse.

Sous Louis XIV, même si les aménagements sont de nouveaux freinés par la révocation de l'édit de Nantes (1685) et par le départ des capitaux hollandais, la relève est assurée. De grands communaux (pâturages à usages collectif) sont créés pour maintenir la populations ouvrières.

Tous ces travaux concernent les parties du Marais Poitevin, les plus proches de l'Océan, à l'abri des inondations. A la fin du XVIIIe siècle, le marais desséché possède quasiment sa physionomie actuelle, alors que les marais mouillés restent sauvages jusqu'à la fin du XVIIIe siècle.

     Les derniers grands travaux :

Au XIXe siècle, les travaux se poursuivent dans les "marais desséchés", en particulier dans la zone des polders récents (le dernier est de 1965), pour gagner des terres sur l'Océan.

L'heure est venue de s'occuper des "marais mouillés". Les projets  mis en œuvres sous le premier Empire sont importants.  L'évacuation des eaux de crues et la navigation constituent les principaux objectifs. La Sèvres Niortaise est destinée à devenir un axe de transport en Niort et Marans. Parallèlement lois et décrets codifient les endiguements et l'approvisionnement en eaux des "marais desséchés". Sous Louis - Philippe, une ordonnance royale instaure, en 1833, la création des trois Syndicats des marais mouillés, un par départements (Vendée, Deux Sèvres, Charente Maritime). Ce associations forcées de propriétaires se répartissent désormais tâches et charges. De grandes rigoles sont tracées entre La Garette et Damvix et au Mazeau en 1845. Sans oublier le canal du Mignon...

L'Etat assume une partie des travaux : canalisation de l'Autize en 1833, élargissement de Nouveau Béjou en 1836, curage de la Sèvre Niortaise en 1844... La conséquence de ces aménagements est de provoquer un écoulement des eaux tellement rapide qu'il faut à partir de 1850 construire des barrages et des écluses pour maintenir les niveaux d'eau l'été.

Les "marais mouillés", prennent alors un grand virage. Les roselières cèdent définitivement la place aux pâturages et cultures maraîchères. Les frênes et les peupliers, plantés vers 1820, afin de stabiliser les berges et produire du bois de chauffage, dessine le paysage actuels de la "Venise Verte". Le peupler et la mojette (haricot demi-sec du Marais Poitevin) valorisent brutalement ces terres humides. Les premières scieries font leur apparition en 1875. Les "marais mouillés" offre alors un visage très proche de celui que l'on connaît aujourd'hui.

 


L'abbaye de Maillezais
Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci taion


Canal des Hollandais
Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci taion


Les prés communaux
Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci taion

Accueil ] Remonter ]

Envoyez un courrier électronique à contact@maraispoitevininfo.com pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Copyright © 2012 Dominique THOMAS
Dernière modification : 04 septembre 2015